Près de 43 millions de Français écoutent la radio chaque jour selon Médiamétrie. Impressionnant, n’est-ce pas ? Pour vous donner une idée, cela représente 8 Français sur 10. Que ce soit pour écouter de la musique, des programmes locaux ou thématiques, de nos jours, nos compatriotes imaginent difficilement leurs vies sans ce média de confiance qu’ils écoutent à 87% depuis une fréquence et à 13% depuis Internet. Alors, pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour diffuser votre webradio sur l’une de ces fréquences et étendre votre audience ? 

À la fin de ce cours, ces points n’auront plus de secrets pour vous :


 

Drapeau décoratifLes différences entre la FM et le DAB+ (RNT)


La FM, c’est quoi ?

Inventée par Edwin Armstrong dans les années 1930, la Radio FM est un procédé permettant la diffusion de programmes en modulation de fréquence. Elle est destinée à être reçue par le public à l’aide de récepteurs FM. Dans la plupart des pays, c’est plus précisément la bande 87,5 – 108 MHz qui est utilisé par les radios. Les fréquences FM sont diffusées par des émetteurs situés en périphérie des villes et interceptées par l’antenne radio de votre voiture ou de votre poste qui se trouve à votre domicile. Ce signal est ensuite réceptionné et retransmis dans les hautparleurs.

Si votre poste de radio capte un signal puissant, la qualité de reproduction sera optimale. Toutefois, les signaux reçus peuvent parfois être plus faibles ou brouillés en raison de la distance entre votre poste de radio et l’antenne. 

Vous aimez les histoires ? Découvrez la fabuleuse histoire des fréquences.

Le DAB+ (ou la RNT), c’est quoi ?

Le DAB+ ou Digital Audio Broadcasting, est le successeur numérique de la FM. Il est aussi connu sous le nom de radio numérique terrestre (RNT). On dit d’ailleurs que la RNT pour la radio est l’équivalent de la TNT pour la télévision. Le DAB+ est un flux audio transmis par ondes hertziennes comme les précédentes normes analogiques FM ou grandes ondes. Il est aujourd’hui plébiscité dans de nombreux pays en Europe et dans le monde pour remplacer la bande FM.

Son développement s’est accéléré suite à la saturation de la bande FM. Le DAB+ était donc la solution parfaite pour répondre au manque de fréquences pour les nouvelles radios et au manque de choix pour les auditeurs. Pour approfondir le sujet, rendez-vous sur ce site.

Fréquence FM ou DAB+, faut-il choisir?

En réalité, le choix se pose de moins en moins. La grande tendance en Europe veut que la bande FM s’arrête au profit du DAB+ pour plusieurs raisons :

  • Le DAB+ peut garantir un son de qualité numérique, clair et sans interférences
  • Le DAB+ permet également d’accéder de manière plus simple aux stations de radio, directement par leur nom et donc sans recherches laborieuses.
  • Le DAB+ propose des données associées aux stations ou de textes informatifs sur des petits écrans digitaux pour les postes les plus simples ou de visuels, comme les illustrations d’un album, la photo d’un animateur, ou encore d’informations générales telles que la météo, sur les postes dotés d’un écran couleur.
  • Le DAB+ propose une offre de stations plus étoffée que sur la FM. Cette dernière ne dispose en effet que d’une largeur de bande limitée, avec pour conséquence la saturation des ondes dans de nombreuses régions, en particulier dans les zones frontalières. 
  • Le DAB+ offre une couverture plus étendue que le propose aujourd’hui la bande FM. En 2020, la radio numérique terrestre couvrira plus de 70% de la population française.

Il sera donc plus stratégique dans votre projet d’expansion de partir sur l’acquisition d’une fréquence sur le DAB+ pour votre webradio.

 

Drapeau décoratifDiffuser sa webradio sur la bande FM ou en DAB+ : le guide


Comment obtenir une autorisation pour diffuser ?

Toutes les autorisations d’usage de fréquences pour diffuser sur la bande FM ou en DAB + sont attribuées par le CSA. Votre webradio ne pourra donc pas faire l’impasse sur le CSA et ses recommandations. 😉

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel effectue régulièrement un appel aux candidatures dans le but d’autoriser des radios à émettre sur la bande FM ou en DAB+. Cette manière de procéder permet de mettre en concurrence différentes catégories de radio qui souhaitent obtenir une fréquence. En France, le CSA a déterminé cinq grandes catégories pour classer les radios. Chaque catégorie est désignée par une lettre (de A à E) :

  • Catégorie A : Les radios associatives qui accomplissent une mission de communication sociale de proximité.
  • Catégorie B : Les radios locales ou régionales indépendantes qui ne diffusent pas de programme à vocation nationale.
  • Catégorie C : Les radios locales ou régionales qui diffusent le programme d’un réseau thématique à vocation nationale.
  • Catégorie D : Les radios thématiques à vocation nationale.
  • Catégorie E : Les radios généralistes à vocation nationale. 

Votre webradio doit donc impérativement entrer dans l’une des catégories suivantes si elle souhaite obtenir une fréquence en France. Votre webradio devra également répondre aux critères suivants : 

  • Une proportion suffisante des chansons d’expression française, des nouveaux talents et des nouvelles productions (elle doit atteindre un minimum de 40%).
  • La diffusion d’émissions éducatives et culturelles destinées à faire connaître les différentes formes d’expression artistique.
  • Une limite de temps consacré à la publicité et aux émissions parrainées.

Lorsque le CSA décide de lancer un appel aux candidatures avec l’agence nationale des fréquences, il en fixe les modalités par une décision qui est publiée au Journal officiel et sur son site pour assurer la transparence, l’égalité de traitement et la mise en concurrence des radios candidates. On vous recommande donc de garder un oeil sur les appels à candidatures du CSA, ici.

Votre dossier de candidature devra être présenté avant la date limite de dépôt fixée par le CSA. Dès réception de votre dossier, les services en charge de l’instruction vérifieront que votre dossier est complet. Si il est conforme aux attentes du CSA, votre webradio sera recevable et pourra demander son autorisation pour diffuser sur la bande FM ou DAB+. 

De manière générale et dans un contexte de saturation de la bande FM, il apparaît judicieux, pour une personne désirant se lancer dans la diffusion de sa webradio sur les ondes, de se focaliser principalement sur le DAB+ pour se développer.

Comment diffuser sa webradio en DAB+ ?

Une fois que vous avez déposé votre dossier, le CSA va sélectionner 13 radios (au maximum) et délivrer les autorisations. Après la délivrance des autorisations, les radios sont invités à se regrouper localement pour proposer un opérateur multiplex.

Les radios retenues disposent d’un délai de deux mois pour désigner l’opérateur de multiplex qui sera chargé de superviser les opérations techniques liées à la diffusion (et au montage du multiplexage). L’opérateur de multiplex en lien constant avec le CSA devra aussi valider le choix du prestataire technique (les plus connus sont towerCast et TDF).

Pour couvrir une agglomération française entièrement, il faut compter entre 500€ & 1000€ mensuel par radio. Cela comprend généralement :

  • La mise en place d’un émetteur et des antennes sur un site de haut qualité
  • Le multiplexage permettant la diffusion de plusieurs radios sur le même système
  • L’émetteur adapté pour assurer la qualité du service

Bien entendu, toutes les radios ne peuvent pas se permettre de financer ce genre d’installation. Il existe alors une autre possibilité, l’autodiffusion.

Pour cela, Il vous suffit de vous rapprocher d’une radio qui dispose déjà de sa propre antenne FM et de prévoir l’installation commune d’un émetteur DAB+ et les antennes nécessaires. Le coût sera alors moins important, aux alentours de 300€ & 500€ mensuel par radio, mais ne garantira pas une qualité de diffusion et une couverture suffisante pour l’ensemble d’une agglomération.

 

L’enceinte connectée et la 5G, les adversaires du poste de radio.

Comme vous le savez sûrement, la France a accumulé un certain retard sur le DAB+ contrairement à d’autres pays qui ont quant à eux sauté le pas depuis quelques années. Le DAB+ s’est installé rapidement en Norvège, en Suisse, au Royaume-Uni et dans d’autres pays grâce à une politique engagée des états dans la mise en place de cette technologie. Nos amis du Nord ont même été encore plus loin que certains états membres en arrêtant tout bonnement la bande FM en 2017.

Cette idée ne semble pourtant pas traverser l’esprit du CSA qui souhaite conserver ces deux technologies de manière complémentaire en France.

Ce retard a malheureusement (ou heureusement) laissé la place à un nouveau mode d’écoute dicté par les géants du Web comme Google, Apple ou Amazon. Chaque année, de plus en plus d’auditeurs adoptent cette nouvelle manière de consommer la radio favorisée par les smartphones, leurs tablettes, leurs TV ou leurs voitures connectées et plus récemment leurs enceintes connectées. Grâce à l’institut de sondage Médiamétrie, nous savons que depuis quelques années la balance penche clairement vers une écoute digitale. Les auditeurs adeptes de l’écoute digitale représentent 12,8% du volume d’écoute global de la radio en France en 2018, alors qu’ils ne représentaient que 11,8% en 2017.

Plus qu’un simple gadget, l’enceinte connectée (et les assistants vocaux) semble aussi être une réelle opportunité pour les radios de rester au coeur de la maison de leurs auditeurs les plus connectés. Selon le cabinet Canalys, le nombre d’enceintes connectées en service dans le monde a franchi la barre des 100 millions en décembre dernier et atteindra les 225 millions en 2020 au détriment des postes de radios classiques. Il est donc légitime de se demander si ces auditeurs achèteront un poste de radio compatible DAB+ ou rechercheront-ils plutôt à écouter la radio depuis une enceinte connectée comme Alexa ou Google Home 

L’autre opportunité pour les webradios se trouve dans la couverture complète du territoire en 4G qui se banalisera d’ici quelques mois d’après l’ARCEP. Cette couverture sera suivie de l’arrivée de la 5G capable de répondre à une écoute aussi fluide que le DAB+ pour le plus grand bonheur des constructeurs automobiles qui proposent depuis quelques années maintenant CarPlay & Android Auto à leurs clients.

Le choix de diffuser en DAB+ ou sur la bande FM dépendra donc principalement du budget de votre webradio et de la stratégie envisagée.  

EN RÉSUMÉ :

  • La bande FM est aujourd’hui saturée, il faut donc privilégier le DAB+ dans une stratégie de développement.
  • Une Webradio peut diffuser sur les ondes en France si elle respecte certains critères au niveau de ses contenus.
  • Le déploiement du DAB+ à du retard et jouera donc un rôle complémentaire à votre diffusion sur Internet.

 

Il s’agit du dernier cours, merci de l’avoir suivi ! Nous espérons que ce cours vous a plu et qu’il vous a apporté les réponses à vos questions avant de créer votre webradio. Vous pouvez maintenant passer à notre questionnaire pour tester vos connaissances… Alors, allez-y !

 
Revenir au cours précédent  Revenir au sommaire