Lancée par Antoine Dabrowski et Tsugi Magazine, Tsugi Radio souhaite marquer la différence en apportant une programmation qui n’existe pas ailleurs.

 

Pour commencer cette nouvelle interview, pouvez-vous nous décrire Tsugi Magazine en quelques mots ?

 

12208514_10153077579955755_5235231087491763358_n

Tsugi en japonais signifie prochain. Depuis 8 ans, le magazine défriche les nouveautés electro, rock, hip-hop, sans oeillères, ni chapelle, en essayant de décrypter ce que sera la musique demain.

 

 

Comment avez-vous eu l’idée de créer une radio pour Tsugi Magazine ?

 

Je connais Alexis Bernier et Patrice Bardot, deux des fondateurs de Tsugi depuis longtemps. Nos chemins se sont croisés souvent à la radio, en festival et bien sûr en club. Mais nous n’avions jamais monté de projet ensemble. C’est l’envie de tenter une nouvelle aventure qui nous a stimulés. Tsugi appartient au groupe de presse Détroit Media qui on plusieurs titres : Tsugi, Reggae Vibes et Kalakutu.

Depuis le printemps, ils s’occupent aussi de fabriquer le cahier musique du samedi dans Libération. Par ailleurs, ils codirigent avec le producteur Super, le Trabendo dans le Parc de la Villette. Continuer à développer l’univers Tsugi en créant une radio nous est apparu comme une évidence.

 

 

AntoineDabrowski.Tsugi.RadioKing

Antoine Dabrowski, Directeur d’antenne de Tsugi Radio.

Aviez-vous une expérience dans l’univers de la radio auparavant ?

 

Je travaille à France Inter depuis 16 ans !

 

Comment avez-vous connu Radio King ?

 

En enquêtant sur les différents services sur Internet et au vu de notre budget, Radio King proposait l’offre qui nous correspondant le mieux.

 

Selon vous, quelles sont les fonctionnalités indispensables proposées par Radio King à une radio ?

 

L’outil de diffusion évidemment. Sans oublier les applications smartphones incontournables aujourd’hui. Un outil de programmation souple.

 

Quels sont les différents moyens d’écouter Tsgui Radio ?

 

Sur notre site www.tsugi.fr, sur la page Facebook de la Tsugi Radio et via nos applications iOS et Android et l’application Radio King.

 

Pouvez-vous nous parler du profil de vos auditeurs ?

 

Difficile à dire, nous sommes encore très jeunes, mais il semble que nous soyons beaucoup écoutés par des jeunes adultes urbains avec des goûts assez pointus en musique. Le public de clubs et de festivals. Le paysage radiophonique français ne donnant pas beaucoup de place aux musiques électroniques et aux musiques dites « alternatives », je crois qu’ils trouvent chez nous une programmation qui n’existe pas ailleurs.

Je suis aussi convaincu que les gens se sont lassés d’être leur propre DJ sur YouTube ou sur Spotify ou Deezer. Ils ont à nouveau envie d’être un peu guidés dans l’avalanche de sorties et sont prêts à faire confiance à nouveau à des programmateurs dont c’est le métier de choisir et d’agencer la musique à la radio. Je crois que les gens ont envie de plus d’humains et de moins d’algorithmes.

 

Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans ce projet ?

 

DaftPunkRKPouvoir passer tous ces morceaux que j’écoute que ce soient des nouveautés ou certains classiques que je n’entends jamais ailleurs. Les affiches de festivals sont remplies de groupes qui ont manifestement des publics assez larges si l’on en juge par le montant des cachets qu’ils demandent, et on n’entend ces groupes sur aucune radio !

Pour les gens de ma génération Daft Punk ou Massive Attack ce sont nos “golds” à nous, pourquoi sont ils aussi peu diffusés ? C’était une de nos grandes motivations en créant la Tsugi Radio.

 

Comment sélectionnez-vous les artistes diffusés sur Tsgui Radio ?

 

Tsugi c’est une rédaction avec des gens de tous âges et de tous horizons qui écoutent de la musique non-stop donc forcément la Tsugi Radio est le reflet de leur choix. Alors certes on ne fait pas une programmation radio comme on fait le chemin de fer d’un magazine, mais on ne s’interdit rien sur l’antenne : des morceaux de 12 minutes, de craquer sur un titre et de le mettre en rotation le jour même. La webradio permet aussi de lever beaucoup de carcans dont les radios classiques sont un peu prisonnières et offre une très grande souplesse.

 

Avez-vous une anecdote sympathique qui s’est déroulée en rapport avec votre radio ou la mise en place de ce projet ?

 

J’ai reçu un mail de Pierre Jabot qui tenait il y a quelques années un blog qui s’appelait “La Musicassette“. Il m’a envoyé quasiment 500 morceaux, des classiques house ou techno, hip-hop, tout à fait dans notre créneau juste parce qu’il aimait bien notre projet. Et je l’en remercie encore.

 

Quels sont les prochains projets de Tsugi Radio ou de Tsugi Magazine ?

 

transmusicalesOn est très excités de partir aux Transmusicales de Rennes. On va faire 2 émissions en direct avec beaucoup d’artistes. Ce sera vendredi 4 et samedi 5 décembre entre 17h et 19h. Et puis je suis en train de demander à plein de gens, des artistes, des journalistes, de venir nous fabriquer des playlists. Le premier à s’y coller tous les mercredis à 18h, c’est le critique Rock Nico Prat. C’est vrai qu’on manquait un peu de guitares et bien ça va changer !

 

Pour finir, un petit mot pour ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure ?

 

Partager de la musique, surtout après ce qu’on vient de vivre, je ne sais pas si ça peut résoudre les problèmes, mais ça fait du bien ! Allez-y !

 

 

Découvrez Tsugi Magazine : http://www.tsugi.fr/

Découvrez Tsugi Radio : https://www.radioking.fr/radio/tsugi-radio  

 

Capture d’écran 2015-07-24 à 09.29.52

Il n’y a actuellement aucun commentaire.